L’indice-UV: profiter intelligemment du soleil

Ce texte est édité conjointement par l’Institut Royal Météorologique de Belgique et la Ligue Royale Belge de Dermatologie et Vénérologie.

L’indice-UV

 

L’indice-UV est la mesure de l’intensité des rayons ultra-violets (rayons UV) du soleil. Plus l’indice-UV est élevé, plus il est dangereux de rester au soleil sans se protéger. La peau brûle d’autant plus vite et les risques de cancer de la peau sont d’autant plus grands que l’indice est élevé. L’instauration des prévisions de l’indice-UV devrait inciter les gens à profiter intelligemment du soleil.

Les instituts météorologiques d’un certain nombre de pays se sont mis d’accord sur une même échelle d’indices. On peut ainsi estimer le risque d’attraper un coup de soleil à l’étranger par comparaison entre l’indice-UV local et les valeurs mesurées habituellement en Belgique.

Quelles valeurs peut adopter l’indice-UV et que signifient-elles?

Index UV Intensité UV Brûlure de la peau
  < 2 très faible risque faible
 2 - 4
faible risque modéré
 4 - 6
modérée risque élevé
 6 - 8
élevée risque fort
 8 - 10 et plus très élevée risque extrême

En Belgique, l’indice-UV atteint rarement plus de 7. La durée au-delà de laquelle on attrape un coup de soleil sous un indice-UV donné dépend d’un certain nombre de facteurs. La période sans risque peut ainsi être prolongée, et le risque de cancer de la peau diminué, grâce à l’utilisation de crème solaire et au port de vêtements. Cela dépend toutefois du type de la peau. Les personnes qui ont, par nature, une couleur de peau foncée (type IV) sont moins vite brûlées que celles qui ont une couleur de peau très claire, qui ne bronzent que rarement ou même jamais (type I). De plus, on a tendance à rougir plus rapidement lors des premières expositions que lorsque la peau a acquis une certaine accoutumance. Il est bon aussi de savoir que l’on reçoit plus d’UV lorsqu’on est couché ou immobilie que lorsqu’on est debout ou en activité.

Tout cela fait qu’il est extrêmement difficile de prévoir concrètement combien de temps on peut rester exposé sous un indice donné. Dès lors, l’indice-UV renseigne plutôt sur le facteur environnemental que sur le comportement individuel. Il se pourrait très bien que sous un indice-UV 5 – 6, une personne avec un type de peau II (le plus courant dans nos régions) attrape un coup de soleil après 25 minutes d’exposition non protégée au soleil. A chacun d’adapter son comportement intelligemment.

Quels sont les facteurs influençant la force des rayons UV ?

La position du soleil
Le rayonnement UV provient du soleil. Plus le soleil est élevé dans le ciel, plus les rayons UV peuvent nous atteindre. En Belgique, c’est en été et vers 14 heures (heure d’été) que le soleil se trouve le plus haut dans le ciel.

L’épaisseur de la couche d’ozone

L’ozone se situe dans une couche à environ 22 km de hauteur. Cette couche d’ozone retient une grande partie des rayons UV (principalement les plus nuisibles) et fait ainsi fonction d’écran contre les rayons solaires nuisibles. Si la couche d’ozone s’amincit, beaucoup plus de rayons solaires nuisibles atteindront la surface terrestre.

 

La nébulosité
L’IRM diffuse l’indice-UV prévu pour les jours à venir en cas de ciel parfaitement serein. S'il y a présence de nuages, l’indice-UV est vraisemblablement moindre. La diminution de l’indice dépend de la hauteur, de la concentration et du type de nuages. Une telle information est difficilement prévisible avec précision et varie selon l’endroit et le moment. C’est pourquoi les différents instituts météorologiques du monde se sont mis d’accord pour prévoir l’indice-UV pour un ciel dégagé, mais il faut garder en mémoire que certains nuages peuvent augmenter la valeur de l’indice mesuré.

Les grains de poussière

Certaines microparticules qui se trouvent dans l’air («aérosols») peuvent retenir les rayons UV. Mais elles peuvent aussi contribuer à la destruction de la couche d’ozone !

Les propriétés réfléchissantes de l’environnement

Le sable et l’eau réfléchissent plus de rayonnement UV que l’herbe ou l’asphalte. Par exemple, vous risquez plus vite de vous brûler la peau si vous profitez du soleil à la mer. De même, un tapis de neige reflète plus de rayonnement UV et augmente ainsi l’indice UV.

 

L’altitude
La peau brûle plus vite au contact du soleil en montagne. En effet, le rayonnement UV augmente avec l’altitude, car le phénomène est moins gêné par l’atmosphère.
Avec la présence de la neige, l’intensité du rayonnement UV augmente encore. Dans un environnement montagnard enneigé, l’intensité de l’indice UV devient élevée, et peut brûler étonnamment vite la peau.

 

Vieillissement de la peau
Mis à part le danger immédiat d'un coup de soleil, les rayons UV peuvent, à longue échéance jouer un rôle dans le processus de vieillissement de la peau. Cela entraînera la formation des rides. Dans le processus de vieillissement de la peau, le soleil joue de fait un rôle important, en faisant apparaître les rides plus rapidement sur les parties de la peau exposées au soleil - et ce d’autant plus que la dose totale d’UV reçue est forte.

Cancer de la peau
Le cancer de la peau apparait surtout chez les personnes qui ont un type de peau pâle. Sa fréquence d’apparition dépend de la dose totale d’UV que la peau reçoit. La peau n’est pas seulement exposée aux rayons UV pendant les vacances, elle l’est tous les jours de l’année. Plus cette quantité est importante, plus le risque est grand pour l’avenir. Il est donc important de faire attention au soleil quand l’indice-UV est élevé.