Le point sur la sécheresse

Après un printemps 2017 (mars à mai) très sec, l’été 2017 (juin à août) a également connu des totaux pluviométriques inférieurs aux valeurs normales sur la majeure partie du territoire belge.

 

Observations à Uccle

A la station de référence d’Uccle, les mois d’été ont connu des quantités de précipitations normales mais néanmoins toutes inférieures à la normale. Ces mois poursuivent donc la longue période de mois presque tous déficitaires en eau, remontant jusqu’à juillet 2016. Depuis cette date, à Uccle, tous les mois ont été plus secs que la normale, à l’exception du mois de novembre 2016 (cf. Figure 1).

 

Figure 1 : Les précipitations mensuelles à Uccle de janvier 2015 à août 2017, exprimées en % des valeurs mensuelles normales.

Observations dans le pays

Les faibles cumuls pluviométriques relevés à Uccle depuis plusieurs mois sont également ob- servés en moyenne dans le reste du pays (cf. Figure 2).

 

Figure 2 : Les précipitations mensuelles moyennées sur la Belgique de janvier 2015 à août 2017, exprimées en % des valeurs mensuelles normales.

La répartition géographique de l’indice de sécheresse durant les 3 mois de l’été 2017 indique une situation néanmoins normale pour presque l’ensemble du territoire (cf. Figure 3).

 

Figure 3 : Répartition spatiale de l’indice de sécheresse SPI-3 pour la période de juin à août 2017.

Si par contre l’on analyse les cumuls observés dans le pays sur les 12 derniers mois (cf. Figure 4), on constate un déficit généralisé sur l’ensemble de territoire et particulièrement marqué dans certaines régions. Le déficit le plus élevé (entre 50% et 60% des normales) est observé dans des zones relativement étendues des provinces de Namur, du Luxembourg et du Hainaut ainsi que plus localement ailleurs dans le pays. Il est le plus faible (entre 90% et 100% des normales) dans la partie nord de la province de Flandre occidentale.

 

Figure 4 : Les précipitations cumulées entre septembre 2016 et août 2017, exprimées en % des cumuls normaux.

En conclusion

Le bilan pluviométrique de l’été 2017 est déficitaire pour la majeure partie du pays mais néanmoins généralement normal. L’analyse des précipitations observées durant les 12 derniers mois indique des cumuls partout déficitaires et particulièrement marqués dans certaines zones. En comparaison à l’analyse précédente du 10 juillet 2017, les cumuls pluviométriques de septembre 2016 à août 2017 ont augmenté par rapport aux cumuls sur 12 mois de juillet 2016 à juin 2017. La sécheresse sur 12 mois semble donc s’être actuellement stabilisée.