L’IRM et l’IBPT joignent leurs forces pour la détection des brouillages radar

Les images radar peuvent être brouillées par des émetteurs utilisant la même bande de fréquences que le radar (autour de 5 GHz). Souvent, ce sont de puissants émetteurs Wi-Fi qui permettent d’établir une connexion sans fil entre deux points, par exemple dans un camping lorsque l’exploitant de ce dernier souhaite proposer l’Internet sans fil à ses clients, ou dans une entreprise souhaitant relier plusieurs de ses bâtiments via l’Internet sans fil. En principe, une partie du spectre électromagnétique autour de 5 GHz est réservée aux radars météorologiques. Un émetteur Wi-Fi doit scanner en continu la bande de fréquences dans laquelle il fonctionne pour vérifier s’il n’y a pas un radar météo qui utilise la même fréquence. Si c’est le cas, l’émetteur Wi-Fi doit adapter sa fréquence au moyen d’une sélection de fréquences dynamique (DFS = Dynamic Frequency Selection). Malheureusement, il arrive parfois que des appareils ne le fassent pas, par exemple en raison d’un défaut, d’une mauvaise configuration ou parce que le produit n’est pas conforme à la législation belge. Ces émetteurs sont captés par les radars météo, ce qui entraîne un brouillage. Les brouillages sont difficiles à filtrer. C’est la raison pour laquelle ils peuvent apparaître dans des applications dérivées telles que l’application spécifique de l’IRM sur un smartphone.

 

Très forte perturbation d’un émetteur dans les images du radar de Zaventem.

L’IBPT, l’Institut Belge des services Postaux et des Télécommunications, est informé de ces brouillages. Il s’agit de l’instance chargée notamment de veiller à l’utilisation correcte du spectre radioélectrique en Belgique. Lorsqu’elles reçoivent une notification de brouillage, les équipes spécialisées de l’IBPT partent à la recherche de l’emplacement et du propriétaire de l’émetteur non conforme. Ils utilisent à cet effet un véhicule de mesure équipé de matériel de détection sophistiqué.
Le service Contrôle de l’IBPT a décidé, en concertation avec l’équipe radar de l’IRM, d’instaurer un meilleur échange d’informations et d’établir un plan d’action afin de détecter à l’avenir les émetteurs perturbateurs indésirables.

 

Une équipe de l’IBPT en visite à l’IRM, avec une démonstration de leur équipement de détection.

Les brouillages apparaissent également dans des programmes météo, comme ici dans le bulletin météo de la VRT (image : VRT).